Les 7 types de pensées négatives liées au manque de confiance en soi

Le manque de confiance en soi est lié à des pensées négatives qui nous poussent souvent à nous dévaloriser. A cause d’elles on n’ose pas faire certaines actions, démarrer de nouveaux projets, aller en direction de nos rêves.

Ce sont des idées préétablies qu’on a sur nous-même, généralement présentes depuis notre enfance et qui ont une influence puissante sur nos comportements.

Pour développer votre confiance en vous, vous devez travailler sur ces pensées négatives. Découvrez-les ci-dessous.

1. Je ne suis pas capable

Vous avez peur d’être incompétent dans ce que vous entreprenez, dans tous les actes de la vie quotidienne. C’est une pensée qui est très fréquente et moi-même je me suis retrouvé à le penser à plusieurs reprises.

Vous devez prendre conscience que votre timidité ou vos blocages sont liés par un jugement que vous faites de vous-même et que ce jugement ne vient pas des autres.

Lorsque  vous étiez à l’école, vous avez peut-être été déçu par vos parents qui ne vous ont pas suffisamment valorisé dans votre travail.

Vous vous souvenez sûrement de ce moment où vous leur présentez le résultat de votre travail assidu et qu’ils vous répondent “c’est bien mais tu peux faire beaucoup mieux”.

Peut-être que vous êtes entouré de personnes, un(e) petit(e) ami(e), un membre de votre famille, un collègue de travail qui ne vous valorisent pas et qui vous reprochent sans cesse vos erreurs ou qui passent leur temps à vous parler de leurs problèmes.

Tout ça peut vous maintenir dans  l’idée que vous êtes incompétent.

Attention, ce n’est pas une raison pour régler vos comptes avec vos parents. Vous avez votre part de responsabilité et aujourd’hui c’est à vous de faire le travail nécessaire pour retrouver confiance en vous.

2. Je suis nul(le)

Pourquoi vous pensez que vous êtes nul ? Cette pensée est ancrée depuis votre enfance. Vous pensez que c’est comme ça et rien ne peut vous faire changer d’avis.

Cette pensée négative va influencer toutes vos actions dans votre vie. Elle peut être soit inconditionnelle (“j’ai toujours été nul(le) et ça ne changera pas”) ou conditionnelle (“je serai nul(le) si je ne fais pas les choses comme il faut”).

Votre pensée est soumise principalement à deux processus cognitifs qui vous filtrent la réalité :

  • la maximalisation et la minimisation : vous amplifiez vos défauts et vos erreurs et vous diminuez ce que vous faites de bien et vos réussites;
  • la généralisation : vous avez tendance à tout généraliser lorsque vous faites une erreur. Il suffit qu’on vous critique un petit défaut dans votre travail pour que vous vous dites “je suis toujours nul(le)”.

A cause de ça vous allez arriver mal préparé dans les situations que vous redoutez. Vous allez même essayer de les éviter la plupart du temps.

Et tout ce qui va vous arriver vous allez l’interpréter de façon à vous prouver que vous aviez raison, que vous êtes vraiment nul et vous allez renforcer cette conviction.

3. Je dois faire encore mieux

Vous êtes intolérant avec vous-même, vous recherchez constamment la perfection. Vous pensez que si vous n’êtes pas parfait, les autres ne vont pas vous accepter.

Le perfectionnisme n’est pas un problème en soi, vous avez le droit de faire de votre mieux pour atteindre vos objectifs. Le problème c’est quand ce perfectionnisme devient trop strict et vous fait perdre confiance en vous.

Vos parents étaient sûrement eux-même perfectionnistes, ils voulaient pour vous les meilleurs bulletins scolaires. Ils rêvaient pour vous d’un métier qui vous permettrait de ne pas être dans le besoin.

Mais cette situation vous a fait perdre confiance en vous. Comment pouviez-vous faire pour atteindre ces objectifs inatteignables ?

4. J’ai besoin qu’on m’aime

Vous avez besoin de l’approbation des autres, vous essayez de ne pas les décevoir, vous cherchez toujours à leur plaire, à montrer que vous êtes quelqu’un de bien.

Vous êtes persuadé que votre valeur dépend de ce que les autres pensent de vous. De ce fait vous cherchez constamment à être approuvé ou vous faites tout pour ne pas être rejeté.

Vous pensez que vous êtes quelqu’un de valeur seulement si les autres pensent que vous êtes de valeur.

Pour arriver à vos fins vous cherchez à leur faire plaisir, vous allez toujours dans leur sens, vous faites le caméléon pour vous adapter systématiquement aux personnes qui sont face à vous.

Vous faites aussi tout ce qu’ils veulent, vous allez au restaurant qu’ils veulent, voir le film qu’ils veulent, aller aux endroits qu’ils veulent. Vous avez peur d’entrer en conflit avec eux et de vous faire rejeter.

5. Je ne sais pas prendre une décision

Si vous manquez de confiance en vous, vous avez sûrement beaucoup de mal à prendre des décision dans tous les domaines de votre vie.

Vous ne savez pas si vous préférez le fauteuil bleu ou le noir. Pour aller au restaurant vous hésitez entre chinois et le libanais. Vous n’êtes pas certain de vouloir accepter l’invitation d’un ami pour samedi soir..

C’est normal d’être indécis dans certaines situations, surtout si la décision que vous prenez a des conséquences importantes, comme l’achat d’une maison. Mais lorsque cet indécision est omniprésente, ça peut être un problème.

Lorsque vous vous retrouvez face à un choix, vous pouvez opter pour l’une ou l’autre des solutions. Seulement, les deux vous plaisent et prendre une décision c’est ne pas choisir une des deux solutions.

Vous pouvez aussi ne pas faire de choix. Mais là c’est une décision de ne pas agir. Soit vous abandonnez et vous vous contentez de ce que vous avez, soit vous remettez cette décision à plus tard.

6. Je ne dois pas faire confiance aux autres

Vous vous méfiez en permanence des autres, vous pensez que dans la vie il faut être capable de se débrouiller tout seul. Peut-être que vous croyez que demander de l’aide est synonyme d’échec.

Vous avez perdu confiance en vous à un moment donné dans votre vie. Peut-être que vos parents étaient distants, qu’il vous poussaient un peu trop ou trop tôt à résoudre vos problèmes seul. Peut-être qu’un événement traumatisant a perturbé votre relation aux autres.

En conséquence, vous rejetez ceux qui essayent de s’approcher de vous. Vous vous isolez, vous préférez rester seul, vous avez très peu de contacts avec les autres et vous n’arrivez pas à vous faire de nouveaux amis.

Il est important d’avoir confiance en l’autre pour pouvoir prendre confiance en soi. Les deux sont étroitement liés.

7. Je m’inquiète toujours

Vous êtes souvent anxieux parce que vous pensez toujours qu’il va arriver quelque chose à vous ou à l’un de vos proches.

Les menaces potentielles sont surestimées et vous pensez qu’elles peuvent survenir à n’importe quel moment. Vous pensez que vous devez vous préparer pour anticiper tout problème qui pourrait arriver.

Vous appelez vos enfants pour savoir si ils sont bien arrivés, vous allez consulter dès que vous ressentez une douleur, etc.

Peut-être que vous évitez aussi tout ce qui pourrait être potentiellement dangereux : vous ne prenez pas l’avion, vous ne montez pas sur un bateau, vous évitez les parcs d’attraction.

Vous anticipez tout ce qui est inconnu pour vous, ce qui fait que vous ne savez plus faire face aux imprévus. Conséquence : vous ne développez plus vos compétences et vos capacités à résoudre les problèmes.

Conclusion

J’espère qu’après la lecture de cet article vous visualisez mieux les causes de votre manque de confiance en soi, que vous avez pris conscience de vos difficultés.

La connaissance des causes est importante si vous voulez atteindre vos objectifs. Vous ne pourrez pas aller mieux si vous ne savez pas pourquoi vous manquez de confiance en vous.

Cependant, savoir ne suffit pas. C’est très important que, dans votre démarche, vous passiez à l’action. Vous ne pourrez pas développer votre confiance en vous sans agir.

>