3 astuces pour éviter les silences gênants dans une conversation

3 astuces pour éviter les silences gênants dans une conversation

3 astuces pour éviter les silences gênants dans une conversation

Vous avez certainement déjà vécu ce moment où vous vous retrouvez face à une personne que vous ne connaissez pas (ou très peu) et avec laquelle vous n’avez aucune idée de quoi vous allez parler ?

Moi oui. Ces moments de silence gênants sont perçus de façon négative quand on est timide et on n’a qu’une idée en tête c’est de pouvoir nous éclipser au plus vite.

Vous vous dites sûrement “Dis quelque chose !” mais ça ne fonctionne pas. C’est comme si votre mémoire avait disparu, qu’elle vous avait abandonné en vous laissant vous débrouiller avec votre silence et votre gêne.

Pour vous aider à éviter ces silences gênants à l’avenir je vais vous partager dans cet article trois astuces.

Bien sûr il ne s’agit pas de les éviter en esquivant toute possibilité de conversation mais de la poursuivre cette dernière de façon naturelle sans que ça vous mette mal à l’aise.

1. Modifiez vos croyances à propos des silences

Avant je croyais que tous les silences lors d’une conversation survenaient à cause de moi. Je pensais que c’était de ma faute parce que je ne savais pas quoi dire. Je me sentais immédiatement coupable et envahi par l’anxiété.

Je pensais qu’il fallait absolument combler la conversation et plus j’étais stressé, moins je ne savais quoi dire.

J’ai appris plus tard qu’en réalité les silences sont normaux et acceptés par tout le monde. Je n’ai pas écrit cet article pour vous aider à éviter les silences mais pour vous aider à éviter les silences gênants.

Vous devez apprendre à rester détendu lorsqu’il y a un silence dans une conversation. Il existe des techniques de relaxation qui peuvent être utiles dans ces moments-là (j’écrirai certainement un article à ce sujet).

La conversation reprendra son cours lorsque vous ou votre interlocuteur aura de nouveau quelque chose à dire. Vous allez continuer à parler comme si il ne s’était rien passé (à moins que la personne en face de vous soit aussi timide et gênée par ce silence :).

2. Apprenez à poursuivre une conversation

Il existe deux techniques efficaces pour maintenir une conversation. Si vous ne savez pas quoi dire pensez-y pour trouver un sujet de conversation.

Parlez de vous : n’hésitez pas à donner des informations sur vous. Ne vous inquiétez pas, vous n’allez pas tout de suite passer pour un égocentrique (surtout si vous alternez les deux techniques). Le fait que vous commenciez à parler de vous sera moins gênant pour votre interlocuteur. Vous pouvez parler de ce qui vous passionne, de vos goûts en vous aidant par exemple des choses qui vous entoure puis demandez son avis à votre interlocuteur.

Par exemple : “J’aime beaucoup ces toasts au saumon, qu’est-ce que tu en penses ?”. Vous parlez de ce que vous appréciez et en même temps vous renvoyez la balle à l’autre, ce qui permettra à la conversation de se poursuivre.

Faites parler votre interlocuteur et écoutez-le : rien de plus simple, pour avoir des informations sur lui il suffit de lui poser des questions. Il existe deux types de questions :

  • Les questions fermées à laquelle on attend une réponse limitée, généralement “oui” ou “non”. N’en abusez pas trop sinon l’autre personne va vite avoir l’impression de subir un interrogatoire.
  • Les questions ouvertes permettent à votre interlocuteur de répondre de façon plus détaillée. Vous utiliserez ce types de question si vous souhaitez une conversation plus approfondie. Pour poser une question ouverte on utilise des formulations comme “que”, “qui”, “qu’est-ce que”, “comment”, “pourquoi”, “quand”, …

Vous verrez la différence entre : “Est-ce que tu apprécie cette soirée ?” (question fermée) et : “Qu’est-ce que tu penses de cette soirée ?” (question ouverte). Selon la réponse que vous obtiendrez vous saurez si votre interlocuteur a des facilités pour s’exprimer ou si il en a envie.

Écoutez-le attentivement et vous trouverez certainement dans les réponses quelque chose pour rebondir et poursuivre la conversation.

Si les réponses vous semblent trop courtes ou désintéressées, il est préférable de mettre fin à la conversation, ce qui nous amène au dernier point.

3. Mettez fin à la conversation

Si les silences sont dûs à la mauvaise foi de votre interlocuteur, si il n’a pas envie de parler ou même si il est plus timide que vous, vous devrez peut-être à un moment donné mettre fin à la conversation.

Il existe plusieurs façons de le faire, déterminez la meilleure en fonction de la personne avec qui vous vous trouvez et de l’endroit où vous êtes.

Par exemple si vous êtes invité à une soirée vous pouvez dire : “Je vais prendre un autre verre” ou simplement prétexter que vous allez aux toilettes.

De cette façon vous pouvez partir sans donner l’impression à votre interlocuteur que vous vous ennuyez. Vous pouvez ensuite aller discuter avec une autre personne.

Vous pouvez essayer aussi : “c’était sympa de discuter avec toi, mais je dois vraiment y aller”. Si vous voulez simplement reporter cette conversation à plus tard vous pouvez aussi dire quelque chose comme : “que fais-tu samedi prochain ? Ça te dit de prendre un café ?”, ça sera l’occasion d’échanger vos numéros de téléphone si vous ne l’avez pas encore fait !

Dans tous les cas, il faut que vous mettiez fin à la conversation de façon courtoise, surtout si vous voulez revoir cette personne par la suite.

Conclusion

Contrairement à ce qu’on peut penser les silences ne sont pas des choses négatives qui viennent s’incruster dans nos conversations. En fait, ce qui vous gêne dans les silences c’est lorsque vous pensez qu’il ne devrait pas y en avoir.

Alors première chose à faire : oubliez vos idées reçues à propos des silences et détendez-vous. Ils sont tout à fait normaux dans une conversation.

Si vraiment vous pensez que vous n’avez jamais rien à dire lisez plutôt cet article. Vous comprendrez qu’il est important de parler pour ne rien dire.

Enfin, c’est possible que la personne à qui vous parlez n’a simplement pas envie de vous répondre (ou alors elle n’en est pas capable). Dans ce cas vous n’êtes pas obligé de vous forcer à lui parler.

Et vous ? Que ressentez-vous face aux silences ? Que faites-vous pour les éviter ?

  • Cyborga dit :

    Je suis quelqu’un de vraiment timide et tendu.
    Quand le silence intervient après une conversation, même si la personne à qui je parle essayait de continuer la conversation d’un coup je n’arrive plus à suite et même si je me concentre, c’est comme si j’avais épuisé mon stocke de conversation

  • >

    EST-CE QUE VOUS DÉTESTEZ QUAND VOUS NE SAVEZ PAS QUOI DIRE DANS UNE CONVERSATION ?

    Inscrivez-vous et accédez à votre vidéo gratuite pour apprendre comment toujours savoir quoi dire.